Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
CRAZYPROF

Le sujet qui fâche de la rentrée…

11 Octobre 2014, 22:49pm

Publié par crazyprof

Ou la grande discussion de ce mois de Septembre…

C'est-à-dire la réforme des rythmes scolaires.

J’espère pouvoir vous apporter un point de vue extérieur et probablement relativement objectif puisque je ne suis pas concernée en tant que parent ou enseignante. Par contre, comme j’ai pour neveux et nièce deux petits écoliers de primaire et comme j’interviens aussi auprès d’un élève de primaire en difficulté, j’ai trois cas concrets, trois situations assez différentes à partager, histoire de calmer le jeu.

Prenons déjà le cas de Miss princesse, en CE2 dans un gros bourg rural. Là, Maire UMP ancien député battu par une candidate socialiste aux dernières législatives. Opposé à la réforme, il ne l’a pas vraiment préparé! Résultats des courses, cours le mercredi matin et 45minutes en moins le soir. Pas vraiment de TAP mais une garderie très légèrement payante selon le quotient familial des parents et des jeux de société organisés par les dames qui faisaient déjà la garderie les années précédentes. La mairie les paie un peu plus d’heures c’est tout. Résultats des courses : une Miss princesse qui, bien que sa maman puisse la récupérer tous les soirs de bonne heure, préfère rester de temps en temps avec ses copines. Elle a ainsi un temps de jeu qui fait aussi temps de pause entre l‘école et les devoirs, ce qui fait qu’elle est plus détendue et plus réceptive. Autre avantage, les jours où elle rentre tôt, elle rentre avant ses frères, ce qui fait qu’elle peut faire ses devoirs dans le calme. Par contre, le mercredi ne lui pose pas de soucis, elle est réveillée par ses collégiens de frères de toute façon.

Poursuivons avec le cas du Poussin trognon, en CM1 dans une grosse banlieue de grande ville. Commune plus importante, avec un maire qui avait à la base plus d’infrastructures et un système d’ateliers du midi déjà en place qui correspondaient aux TAP demandés par la réforme. Alors, on ferme les ateliers du midi, on réduit d’une heure et demie la journée de classe deux fois dans la semaine et on propose les activités que l‘on proposait le midi : dessin, théatre, zumba etc…et on met les enfants à l’école le samedi matin. Le centre de loisirs reste le même le mercredi pour les parents qui travaillent et tout le monde est pris en charge le soir par les TAP jusqu’aux mêmes heures de sortie. Seul bémol, il faut faire lever les enfants le samedi aussi et ça, le poussin trognon il n’aime pas mais pas du tout ! Néanmoins, il n’est pas plus fatigué parce qu’il a toujours sa pause du mercredi. Par contre, un peu moins de temps à passer avec son papa puisque plus de samedi matin à la maison. Pas un gros problème dans son cas à lui puisque papa est là tous les jours mais gros problèmes en cas de parents divorcés et de famille recomposée car du coup le weekend de garde commence le samedi midi et non le vendredi soir. Et comme la mairie doit quand même payer plus d’heures d’animateur car plus d’enfants sont pris en charge, les impôts locaux ont augmenté.

Dernier cas dans mon entourage, celui de mon élève précoce hyperactif actuellement en CM2 dans une petite commune rurale. Là, aucun moyen donc pour ne pas trop augmenter les impôts locaux, le maire a choisi la simplicité : raccourcissement de la journée de classe de 45minutes, classe le mercredi matin et garderie gratuite pendant les 45 premières minutes et payante ensuite, comme avant. Aucun TAP mais une garderie dans les locaux de la maternelle. Alors là, petit problème de fatigue mais surtout problème avec l’abbé qui a dû changer les horaires du catéchisme qui se passe dorénavant le soir. Par contre, journée d’école moins lourde donc le cerveau du jeune homme fonctionne bien mieux pour ses devoirs…Il est plus fatigué le lundi soir par contre, mais là, je pense que c’est parce qu’il dort moins le weekend pour profiter de sa grande sœur qui, nouvelle lycéenne, est interne et n’est plus à la maison que du samedi midi au lundi matin.

Alors j’ai l’impression que c’est plus une question d’habitudes à prendre qu’autre chose. J’ai l’impression que les apprentissages sont quand même mieux répartis. Par contre, cela pose pas mal de problèmes pratiques et financiers qui me font honnêtement dire « tout ça pour ça. » Je ne suis pas persuadée que les quelques bénéfices pour les enfants soient assez importants pour justifier tout ce chambardement.

Plus sérieusement, deux seules objections me paraissent recevables :

  • L’école républicaine ne l’est plus vraiment puisqu’il y a rupture flagrante du principe d’égalité entre petites et grosses communes ou plutôt entre communes riches et pauvres quand nous ne pouvons que constater l’inégalité de qualité et de choix dans les TAP.
  • Le problème que cela pose aux parents divorcés et je devrais dire le plus souvent aux pères qui, au régime d’un week-end sur deux et la moitié des vacances, perdent du temps partagé avec leurs enfants.

Alors je ne pense sérieusement pas que le jeu en valait la chandelle même si c’est très loin d’être le drame comme certains veulent nous le faire croire.

Commenter cet article