Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
CRAZYPROF

N comme .... abcédaire du mardi (en retard)

3 Décembre 2014, 11:20am

Publié par crazyprof

Notes...

ou alors évaluation parce que pour moi déjà c'est exactement la même chose...

Je rebondis aujourd'hui sur un sujet d'actualité: la suppression des notes à l'école.

Il faut commencer par préciser le cadre: à priori nous parlons donc de l'école primaire, pas du collège ou du lycée. et je suis tombée par terre: je dois vivre dans un monde parallèle mais ni mes élèves de primaire (deux actuellement), ni mes deux neveux et nièces encore dans le primaire n'ont de notes à proprement parler: des pourcentages d'acquisition, des acquis/non acquis/ en cours d'acquisition/ des smileys différents/ des couleurs (vert, jaune ou orange, rouge) ils ont des systèmes différents mais déjà plus la note sur 20 de mon enfance...Les tonnes de rouge sur les cahiers pour corriger ça c'est toujours d'actualité mais je dois vivre dans la troisième dimension parce que de la note pure je n'en vois plus...donc je me demande bien où le haut conseil des programmes et le ministère les trouvent encore.

Premier constat donc!

Deuxième question qui vient juste derrière: Selon ce que j'ai lu, la note traumatise...Alors là je me mets en mode méga sirène hurlante pas contente/ voix pincharde aiguë/ respiration saccadée d'indignation:

- En quoi un rouge, un smiley qui fait la tête ou un 10% seraient-ils moins traumatisants qu'un 2/20?

- Le traumatisme n'est-il pas plutôt dû au fait d'avoir échouer à réussir quelque chose donc à un fait qui reste constant quelque soit la manière sont le constat est fait?

A partir de là deux questions à poser;

-l'échec est-il dû à un point temporairement non compris, à un manque de travail ou à un problème ponctuel et identifiable? dans ce cas, il faut régler ce problème ponctuel et revoir ce qui n'est pas acquis et ensuite c'est bon, on avance...

- L'échec a une cause plus profonde et dans ce cas là, c'est la cause profonde qu'il faut traiter.

Pour moi, la note, l'évaluation est donc comme le thermomètre qui permet de dire qu'il y a de la fièvre donc un souci. C'est donc un instrument de mesure mais pas un soin ni un médicament ni une solution. Et il ne viendrait à personne l'idée de dire que le thermomètre est responsable de la grippe!

Donc non, les notes ne sont pas responsables de l'échec scolaire comme certains semblent vouloir le faire croire.

Selon moins, c'est l'institution scolaire qui se borne à constater l'échec sans offrir (ou presque) d'aide ou de solutions! A quand les classes passerelles où les élèves en difficulté pourraient faire leur CP tranquillement en 2 ans et en effectifs réduits avec des mises en groupe et des activités ciblées sur leurs difficultés spécifiques, à quand une vraie pédagogie différenciée dans les classes, à quand une vraie reconnaissance que si l'enfant ne sait pas lire correctement il ne peut véritablement avancer dans aucun autre domaine...

Pourquoi n'avons nous pas en maternelle déjà un système pour apprendre le français aux petits non francophones? Non, bien sûr, ils devront apprendre une langue étrangère et à lire et à écrire en même temps! Très logique tout ça...

Alors regardons notre institution scolaire et faisons un choix: on réforme ou pas mais ne trouvons pas encore des changements cosmétiques et des boucs émissaires faciles.

Et puis s'entendre dire que non, ça, on a pas réussi, est-ce si dramatique? L'enfant ne doit-il pas apprendre que non, il n'est pas toujours le plus beau, le plus intelligent, le plus fort et le plus doué...ne doit-il pas apprendre que chacun a son rythme, ses capacités, ses dons et ses talents? Unetelle sera bonne en Maths, l'autre aura une très belle écriture ou une voix juste naturellement lorsqu'il chante...J'étais bonne élève mais nulle en dessin et en musique parce que pas d'oreille et voix de canard et parce qu'encore aujourd'hui quand j'essaie de dessiner un chat on dirait une vache malade...ça m'a frustrée oui, fait enragée mais bon... Après deux ans sans dictée, je me suis pris en quatrième des -15 en orthographe! ben j'ai repris un vieux bled, j'ai bossé et puis c'est tout. Le plus important n'est-il pas que chacun acquiert les bases minimales et après à chacun selon ses envies et ses capacités...Ne faudrait-il pas aussi revaloriser socialement les métiers autres qu'intellectuels? Ouvrez les yeux les gens, un bon plombier gagne plus qu'un professeur des écoles !

Alors cette suppression des notes me parait être au choix et pour aligner les clichés un cataplasme sur une jambe de bois ou un coup d'épée dans l'eau! ce ne sont pas des notes qu'il faut s'occuper mais du système dans son entier et surtout il faut écouter le sens commun et bien regarder en France et ailleurs ce qui fonctionne dans ce domaine sans être prisonnier du pédagogisme militant. Et puis il faudrait aussi s'occuper des inégalités sociales et culturelles, encourager les bibliothèques, les initiatives d'alphabétisation, de soutien scolaire etc...Par pitié ne cassez pas le thermomètre mais soignez la fièvre!

Commenter cet article

Charlie Dupin 03/01/2015 09:08

Complètement d'accord, il faut trouver des VRAIES solutions contre l'échec scolaire. La disparition des notes n'est là que pour cacher un mal plus général, une pédagogie à revoir pour les élèves en difficulté.

isa 04/12/2014 11:43

Je suis complètement d'accord avec toi.
(bon j'avoue qu'il serait bon que je regarde les infos de temps en temps parce que je passe à côté de sujets sérieux)
Comme tu le disais, et tu es bien placée pour le savoir, cela fait un bout de temps qu'il n'y a plus de notes en primaire.
Mon gamin va avoir 18 ans, les seules notes qu'il ait eu en primaire c'est l'année de cm2 pour que les gamins s'habituent avant le collège.
NOUS avons connu les notes en primaire quand nous étions jeunes (dans les années 20...) et beurdel, je n'ai pas été traumatisée par mes sales notes en math, juste par la matière!

Tout comme on vit dans une époque où il faut assister tout le monde, il faut aussi cacher ce qui ne va pas! J'ai plein d'amies instit' et quand je les entends parler des loulous, je me dis mais où va-t-on!! Franchement ça fait peur!
Je suis allée à la réunion parents-profs de ma gamine qui est en 5e. J'ai rencontré des profs vraiment géniaux, qui aiment leur boulot, qui sont à l'écoute. Mais quand j'entends ma fille me dire que le prof de sport s'est énervé parce que des gamins se foutaient de lui... Punaise, ma gosse se comporte comme cela mais je la mets au cachot, voire au couvent! ^^
Bref je m'égare...
Tout ça pour dire que vouloir trop aider les gens en leur faisant tout sur le cul, et bien ça ne les aide pas; et les gamins non plus

Angélique 03/12/2014 22:15

C'est exactement ça, tu as tout dit! Le problème c'est que je crois que les personnes qui pondent ce genre de loi (qui sont les mêmes que ceux qui ont pondu la réforme des rythmes scolaires) vivent dans une réalité qui n'est pas la notre et de ce fait ne se posent pas les bonnes questions qui permettraient de trouver les bonnes solutions.

crazyprof 03/12/2014 23:50

Je suis complètement d'accord avec toi, il faudrait les renvoyer sur le terrain quelques mois ...et ça me fait monter dans les toursou sur les grands chevaux quand je vois et j'entends des c**** pareilles que ce style de bra*** intellectuelle inutile. Il faut que je fasse mon potentiel évoqué pour pouvoir aller lire les votre! Biz V.