Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
CRAZYPROF

Quand couple rime avec coups.

1 Décembre 2014, 08:48am

Publié par crazyprof

Cet article est écrit dans le cadre du rendez-vous bloggeurs de "Drôle de maman" qui a lieu tous les premier jours du mois et qui a pour thème la vie de couple et surtout les secrets du couple qui dure, pour plus de détails c'est ici: http://www.droledemaman.com/rdv-interblogueurs-secrets-de-couples-qui-durent/

J'ai ici retravaillé un article récent parce que la journée contre la violence faîte aux femmes était la semaine passée...

Le début c'est souvent un mot, une attitude, un geste...

Tu ne relèves pas, c'est un mouvement d'humeur, une parole malheureuse, un instant d'énervement.

La suite, c'est une chape de plomb, une peur insidieuse, une grisaille qui envahit ta vie parce que, progressivement, il te coupe de l’extérieur.

Tu ne vois rien, tu ne réagis pas, tu es amoureuse...et puis c'est normal non si tu as un quart d'heure de retard qu'il s'inquiète et que cela l'énerve...La prochaine fois tu lui enverras un texto, comme ça il ne s'énervera pas. Il a bien le droit à ses humeurs et puis...ça veut dire qu'il tient à toi.

Mais la fois suivante, le texto ne suffit pas...et les mots deviennent de plus en plus blessants, abaissants, dénigrants, sales.

Ton estime de soi en prend un sérieux coup, subit un patient et intelligent travail de sape. Tu commences à refuser des sorties, des visites aux amis, à la famille parce que c'est plus simple, ça évite les pressions, les mauvaises humeurs, les discussions...Tu subis du harcèlement psychologique mais tu ne t’e rends pas compte

Tu te coupes des autres, de plus en plus, ton univers se rétrécit.

Le sexe devient un devoir parce que sinon tu entends des douceurs comme "frigide, je vais aller voir ailleurs si tu continues comme ça." ou pire encore des gentillesses style "de toute façon t'es trop moche, personne ne veut de toi, je sais même pas pourquoi j'ai envie!" La joie est partie, le plaisir et le bonheur aussi

Personne, même pas toi ne se rend compte de l'engrenage, après tout, les mots ne laissent pas de traces visibles...Bizarrement sauf dans ton travail puisque ton assurance s'envole avec ta force de persuasion et ta force de conviction. La famille et les amis abandonnent pour certains la partie puisque tu dis toujours non à tout...

Et tu t'enfonces tu t’embourbes, tu n'es plus toi, tu ne t'intéresses plus à rien, sauf à la lecture dans laquelle tu t'évades tant bien que mal...plutôt mal d'ailleurs car on se débrouille pour te casser la concentration régulièrement et donc tu te caches ou tu ne peux rien lire vraiment.

Ton seul refuge, tes chats qui sont les seuls à te voir pleurer parce que sinon tu prétends que tu vas bien.

Tu dois pourtant faire dépérir parce qu’un jour, un de tes collègues soulève ta manche et vois un bleu causé par des mains qui ont essayé un peu fort de te retenir. Il tente de te faire parler mais tu as trop honte et tu nies.

Et un jour, comme tu aimes ton métier parce que ça on n’a pas pu te l'enlever, tu décides d'avancer et tu décides de passer le concours qui te titulariseras définitivement. La première fois, tu échoues parce qu'on a perturbé tes révisions le plus possible et que des cours indispensables ont bizarrement disparus...

La seconde fois, tu as, en te cachant, réussi à vraiment bosser. Les dénigrements et les méchancetés pleuvent, histoire que tu te transformes en petite chose fragile ultra stressée pour l'oral et que tu échoues... tu es obligé de couper ton portable la veille du concours dans la ville à 120 kilomètres de chez toi parce qu'à deux heures du matin on le fait encore sonner, histoire d'être bien certain que tu ne dormes pas avant ton écrit.

Tu le réussis ton écrit et là les choses tournent au drame.Tout est bon, les pressions psychologiques ne sont plus larvées.

Tu réussis malgré tout. Et là...

Les masques tombent et tout dérape. Tu as droit aux premiers "vrais coups"...des bleus aux bras, des gifles. Puis la fausse tentative de suicide bien orchestrée pour te faire passer pour le bourreau et enfin la violence de trop quand on se saisit de ton volant pour te faire aller dans le décor et te tuer.

Là tu comprends enfin, tu t'enfuies avec l'aide d'une collègue qui t'héberges, te traite comme sa fille. Tu ne pourras jamais assez la remercier. Tu acceptes le divorce sans porter plainte pour partir plus vite et mettre des kilomètres entre lui et toi.

Tu es obligé de changer deux fois de numéro de portable dans l'année qui suit le divorce.

Tu es cassée, détruite et tu joues les fières, tu ne dis rien à personne, la honte te ferme aux autres. L’année scolaire se passe mal parce que tu es trop fragile devant tes élèves. Ton corps dit stop, tu enchaines les bronchites, crise d’asthme et même la coqueluche. A part regarder la télé et écouter la radio, tu n’es plus capable de rien. Le décès accidentel d’un proche va te faire enfin craquer, admettre que ça ne peut plus continuer.

Six ans après, même si tout va bien pour toi et que tu as refais ta vie, tout ça t'a changé, tu n'es plus la même, tu as une faille avec laquelle tu te bats tous les jours encore parce tu te demandes encore comment tu as pu être assez bête pour te laisser faire tout ça...

Alors oui aujourd'hui ici c'est V comme violence pour la journée contre la violence faîte aux femmes. Je ne raconte pas tout parce que les détails importent peu au final et que je n'ai pas subi autant que celles qui en meurent tous les ans. Par contre, juste envie de dire une fois de plus "Plus jamais". Envie aussi de dire que la violence verbale est aussi grave que la violence physique. Alors ouvrez l’œil et regardez autour de vous, soyez attentifs, ça n'arrive pas qu'aux autres...

Puisqu’il s’agit ici d’un rendez-vous sur le couple, je dirai une dernière chose : même s’il ne s’agit que de mots au départ, faîtes attention et n’acceptez jamais qu’on vous méprise. Dans un couple, chacun doit respecter l’autre, c’est la base…alors fuyez tant qu’il en est encore temps et il y a plein de gens et d’associations qui pourront vous aider.

Je n’avais jamais raconté cette histoire sauf, en partie, à mon nouvel amour parce que je voulais de la clarté et de la franchise entre nous et parce que je ne voulais pas qu’il interprète mal certaines de mes réactions ou de mes silences.

Je tenais à ajouter que mon nouveau couple a pansé beaucoup de plaies même si je me suis fait aider parce que mon homme ne devait pas être un médicament.

Et voici les liens des autres participants:

Quand couple rime avec coups.

Commenter cet article

crazyprof 07/12/2014 20:07

Merci à toutes et je me dis tous les jours que finalement, ça m'a permis de trouver quelqu'un de cent millions de fois mieux et de l'apprécier d'autant plus du coup! Biz V.

isa 07/12/2014 19:45

Le père des enfants ne m'a pas fait le quart de ce que ton ex-mari t'a fait, et pourtant, il m'a bien bousillée.
J'imagine alors à quel point cela a dû être dur pour toi de te relever...
Je suis bien contente que tu sois sortie de ce cauchemar..

Aline 01/12/2014 21:58

Merci pour ce témoignage à la fois touchant et effrayant : j'avoue n'avoir jamais supporté de me faire menacer : à la moindre alerte, je m'en vais tout simplement. Ou alors je menace moi aussi.
Heureusement que le déclic est venu et l'amour a suivi. Pour avoir trouvé tes limites. C'est peut-être cela : savoir dire non, alors la vie dit oui et apporte ses cadeaux.

Chantal P 01/12/2014 12:53

Merci pour ce témoignage qui, tout en étant difficile à dévoiler, te permet peut être de t'en guérir ! J'ai connu l'alcool au sein du couple et les "presque coups" parce que, heureusement, avec mon fort caractère j'ai pu réagir au premier. Merci pour nous confier que tu as trouvé l'amour et je te souhaite que cette fois tu fasses partie de ces couples qui durent... longtemps... longtemps...

crazyprof 01/12/2014 13:14

Il dure depuis 4 ans et demi, j'ai bon espoir. Et en écrivant ça je me suis rendu compte que cela faisait 6 ans et demi que c'était derrière moi! Et un quatrième Noël en famille ensemble se profile. Plutôt bien et positif tout ça! Biz V.