Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
CRAZYPROF

Désormais ils dessineront le ciel...

7 Janvier 2015, 18:23pm

Publié par crazyprof

Désormais ils dessineront le ciel...

Depuis ce midi j'ai l'impression de fonctionner en pilote automatique. Ils ont tué le grand duduche, ils ont tué la causticité, ils ont tué le rire et le droit de rire de tout. Ils veulent nous terroriser, ils en veulent à la liberté de pensée, ils en veulent à la base de ce que je veux pour la société dans laquelle je vis, la société que je veux pour ceux que j'aime!

Alors j'espère, j'espère que mon pays ce souviendra de ce qu'il est et qu'il se souviendra qu'aucune religion ne correspond à cet acte de terreur, de folie, que toutes les religions condamnent la haine et la violence, j'espère que cet acte ignoble ne nous conduira pas vers un futur bleu marine j'espère que nous ne deviendrons jamais comme eux par réaction contre eux. J'espère que nous les Français de toutes religions ou athées saurons raison gardée et saurons nous éloigner de la tentation des amalgames. J'espère que l'intelligence sera plus forte que la haine, que la tolérance saura vaincre l'obscurantisme, que la démocratie restera présente et ne sera pas corrompue par le fascisme de tous bords.

Alors je n'ai pas peur ce soir, si nous avions peur ils auraient gagné mais je me dis qu'à mon humble niveau je ne resterai pas les bras croisés. J'ai des mots, j'ai un cerveau, des bras et des jambes, une voix. Je peux dire, je peux aller manifester je peux aller voter. Montrer notre soutien, dire notre désaccord devant les fascismes et les dictatures en devenir devient réellement un devoir, une obligation morale. Aujourd'hui ils ont assassiné Voltaire et Rousseau au pays de Montesquieu. A nous tous de refuser les amalgames faciles et les solutions simplistes, à nous de défendre notre liberté de pensée et d'être comme le dit l'article 19 de la déclaration universelle des droits de l'homme:

"Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui
implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de
chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de
frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression
que ce soit."

et il est essentiel que cela reste respecté ici dans notre pays.

Et ce soir je pense à eux, à leurs familles et à ceux qui les aimaient. RIP et nous sommes tous Charly ce soir.

Je vous laisse avec quelques mots: je n'ai pas peur, liberté et espoir. Je partage aussi ce poème de Paul Eluard et cette chanson:

Liberté

Sur mes cahiers d’écolier
Sur mon pupitre et les arbres
Sur le sable sur la neige
J’écris ton nom

Sur toutes les pages lues
Sur toutes les pages blanches
Pierre sang papier ou cendre
J’écris ton nom

Sur les images dorées
Sur les armes des guerriers
Sur la couronne des rois
J’écris ton nom

Sur la jungle et le désert
Sur les nids sur les genêts
Sur l’écho de mon enfance
J’écris ton nom

Sur les merveilles des nuits
Sur le pain blanc des journées
Sur les saisons fiancées
J’écris ton nom

Sur tous mes chiffons d’azur
Sur l’étang soleil moisi
Sur le lac lune vivante
J’écris ton nom

Sur les champs sur l’horizon
Sur les ailes des oiseaux
Et sur le moulin des ombres
J’écris ton nom

Sur chaque bouffée d’aurore
Sur la mer sur les bateaux
Sur la montagne démente
J’écris ton nom

Sur la mousse des nuages
Sur les sueurs de l’orage
Sur la pluie épaisse et fade
J’écris ton nom

Sur les formes scintillantes
Sur les cloches des couleurs
Sur la vérité physique
J’écris ton nom

Sur les sentiers éveillés
Sur les routes déployées
Sur les places qui débordent
J’écris ton nom

Sur la lampe qui s’allume
Sur la lampe qui s’éteint
Sur mes maisons réunies
J’écris ton nom

Sur le fruit coupé en deux
Du miroir et de ma chambre
Sur mon lit coquille vide
J’écris ton nom

Sur mon chien gourmand et tendre
Sur ses oreilles dressées
Sur sa patte maladroite
J’écris ton nom

Sur le tremplin de ma porte
Sur les objets familiers
Sur le flot du feu béni
J’écris ton nom

Sur toute chair accordée
Sur le front de mes amis
Sur chaque main qui se tend
J’écris ton nom

Sur la vitre des surprises
Sur les lèvres attentives
Bien au-dessus du silence
J’écris ton nom

Sur mes refuges détruits
Sur mes phares écroulés
Sur les murs de mon ennui
J’écris ton nom

Sur l’absence sans désir
Sur la solitude nue
Sur les marches de la mort
J’écris ton nom

Sur la santé revenue
Sur le risque disparu
Sur l’espoir sans souvenir
J’écris ton nom

Et par le pouvoir d’un mot
Je recommence ma vie
Je suis né pour te connaître
Pour te nommer

Liberté.

Paul Eluard, Au rendez-vous allemand, 1945, Les Editions de Minuit

Commenter cet article

Bernieshoot 08/01/2015 07:24

#jesuischarlie
RIP