Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
CRAZYPROF

Mon prof de philo et moi...une grande histoire d'amour...ou pas

22 Juin 2015, 09:50am

Publié par crazyprof

La semaine dernière et ce début de semaine, les élèves de terminales sont en plein dans leurs épreuves de bac et ils ont, comme tous les ans, commencé leurs épreuves par celle de philosophie...et au détour d'une conversation facebook, je me suis pris et d'une un coup de vieux et de deux une bouffée de mauvais souvenirs ...un coup de vieillerie parce que je me suis tout à coup souvenue que tout cela datait de l'année scolaire 1986-1987...eh oui, ça commence à faire... et j'ai aussi pris conscience que mon année de philo et le fait que cette matière m'aie coûté ma mention et ma place en classe prépa ne me passe toujours pas le nœud du cou...Pour être honnête, je dois avouer que j'ai une part de responsabilité dans l'histoire ainsi que ma mère mais que je ne suis pas la seule.

Je vais déjà vous camper le décor: J'ai une sœur aînée qui est passée six ans avant moi dans le même lycée et qui avait eu le même professeur de philo. Elle avait trouvé le moyen de lui en faire voir tellement que ce monsieur a obtenu son renvoi (ainsi que celui de mon futur beau-frère) à une semaine ou deux du bac...Six ans plus tard il m'a donc accueilli très fraîchement et assez méchamment dans sa classe, me faisant des réflexions dès la première heure de cours... De plus il était professeur principal de ma classe de terminale littéraire A1 à l'époque et donc responsable d'une des appréciations les plus importantes sur tous mes dossiers postbac...

Il m'a pourri la vie pendant 8 heures par semaine toute l'année en étant moqueur et dépréciateur et en m'ignorant superbement pendant les 6 premières semaines et ne me laissant jamais intervenir dans les discussions ou quand par miracle il me sollicitait (au bout d'un moment, la classe avait compris et ne parlait pas, l'obligeant à me laisser parler si moi je me levais la main...) il m'humiliait , descendait systématiquement ce que je pouvais dire,quitte à le redire cinq minutes plus tard. Il était d'ailleurs assez hypocrite pour ne pas faire les choses trop ouvertement aux yeux des parents et sur les bulletins que ma famille et moi pouvions lire...Après les vacances de la Toussaint et un rendez-vous de ma mère avec le directeur pendant lequel il lui a gentiment dit que je lui racontais n'importe quoi, je me suis dit que ça ne servait à rien de lui donner des occasions de me rabaisser et de m'humilier, je me suis donc mise dans mon coin et je me suis bornée à être présente en cours sans jamais ouvrir la bouche, en notant les deux ou trois lignes de cours qu'il déniait nous faire par heure et en faisant le travail demandé, c'est à dire pas grand chose à part la lecture de deux œuvres obligatoires au programme...jamais une dissertation ou un commentaire à faire à la maison...Pour ne pas bailler d'ennui, j'avoue que je faisais parfois mes maths ou mon anglais en cours ou que j'apprenais aussi parfois mon cours d'histoire...Je me suis pris un 6 en philo coefficient 5 à l'époque, ce qui m'a coûté ma mention au bac mais ne m'a pas envoyée au rattrapage. Cette mention je l'aurais bien voulue mais ça n'était pas le plus grave...Le plus grave c'est ce que j'ai appris quelques mois après lors d'un rendez-vous avec mon professeur responsable de première année d'école de traduction: que j'avais failli ne jamais entrer dans cette école parce grâce à l'appréciation de mon professeur de philo j'avais failli ne pas être autorisée à passer le concours d'entrée. En effet, il y avait une sélection d'abord sur dossier et ensuite un concours. Mon professeur de fac m'a montré cette appréciation en me demandant si j'avais eu des problèmes particuliers avec mon professeur l'année précédente pour qu'il me juge irrémédiablement immature et incapable de faire des études supérieures par manque total de capacités de réflexion.

Comme il me l'a dit, heureusement que les commentaires de mes enseignants en anglais et en espagnol n'avaient rien à voir et que la lettre de recommandation de mon professeur de français de terminale (j'avais repris l'option) était dithyrambique!

Je me suis alors rendue compte que je savais maintenant pourquoi je n'avais pas été prise en prépa science po, ce que je voulais vraiment...

Encore aujourd'hui, je trouve ça extrêmement petit et mesquin de la part ce cet individu et indigne d'un vrai éducateur. Lorsque j'étais prof, je me suis toujours appliquée à ne jamais tenir compte de mes sympathies ou de mes antipathies dans mes appréciations et à toujours essayer de rester objective autant que possible et je me suis obligée à penser que les dossiers que je remplissais avaient un impact sur l'avenir de mes élèves...

Je regrette encore aujourd'hui de ne rien avoir appris en philo de toute l'année ou presque et donc d'avoir raté quelque chose. J'ai plus appris en philo en cours de grec qu'en cours de philo et je me suis un peu rattrapée depuis en lisant mais il me reste de tout ça un mauvais goût dans la bouche. J'ai ma part de responsabilité dans l'histoire parce que, compte tenu des circonstances je n'ai fait vraiment que le minimum vital dans cette matière au cours de mon année scolaire mais bon, je me trouve des circonstances atténuantes...

Commenter cet article

Angélique 02/07/2015 12:28

Tes circonstances sont plus qu atténuantes, c'était à la limite du harcèlement moral quand même. Il y a des jours où je regrette d avoir choisi le droit plutôt que l enseignement, mais il est trop tard... En tout cas cette histoire t as permis d être une prof objective et juste.

crazyprof 02/07/2015 12:37

Je l'espère! mais pas pu dans l'éducation nationale c'est quand même symptomatique...Biz V.

Olivier R. 22/06/2015 20:45

Cet homme est-il toujours de ce monde ? La vengeance étant un plat qui se mange froid, il mériterait que tu lui expliques en face, calmement, à quel point dans sa vie, il aura finalement été nul en tout : Mauvais enseignant aux aptitudes pédagogiques en-dessous de zéro, qui n'a rien su apprendre à ses élèves et n'a pas non plus été capable de les intéresser à la matière enseignée, mauvais être humain prenant plaisir à persécuter des gens qui ne lui ont rien fait - la psychologie type du frustré aigri qui sait bien qu'il ne sera jamais à la hauteur de ses semblables, et ne peut espérer exercer un quelconque pouvoir que sur de plus petits que lui qui ne peuvent pas se défendre, ce à quoi il se venge désespérément - et même mauvais dans son oeuvre de méchanceté, puisque toute la bassesse, l'ignominie et l'acharnement qu'il a déployés pour te pourrir la vie se sont avérés très insuffisants à t'empêcher de devenir un bel être humain sensible et intelligent, une femme épanouie et une amie digne de ce nom.

crazyprof 22/06/2015 23:48

Ben vu qu'il était pas de première jeunesse en 1987, je ne suis pas certaine qu'il soit encore de ce monde! J'ai moyen de le savoir tu me diras mais aucune envie de repenser à ce triste personnage qui finalement m'a probablement rendu service et permis de me faire quelques vrais amis...et amies aussi. Biz V.

Bernieshoot 22/06/2015 17:09

c'est assez fou d'avoir une telle réaction et inadmissible d'un enseignant, il pouvait totalement gacher ta vie

crazyprof 22/06/2015 18:09

Finalement non mais véridique oui! biz V.