Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
CRAZYPROF

Abécédaire du mardi P comme perdue

28 Mars 2017, 10:31am

Publié par crazyprof

Je crois que depuis quelques mois le mettre mot dans ma vie c'est P comme perdue.

Perdue face à toutes les émotions diverses et variées de ses derniers mois. J'ai l'impression d'avoir vécu sur un grand huit et de passer du rire aux larmes, du positif au négatif en une seconde. En gros il y a un an je préparais mon remariage. J'étais en plein ans les émotions e toute future mariée de joie, de bonheur, de grande inquiétude aussi comment ne pas se dire que si je me suis trompée une fois, je peux me tromper une deuxième. Beaucoup de bons moments à préparer la fête avec mon Normand, mon petit mari tout beau tout neuf maintenant et avec mes nièces mes deux témoinettes de choc qui nous ont fait des surprises de fous. Vrai bonheur d'être entourés des gens qu'on aime et qui sont ravis pour nous...

Mais...j'ai eu peur jusqu'au dernier moment que mon papa ne soit pas là avec nous car trois mois avant il nous a déclaré un cancer. Je ne m'étendrais pas ici, chacun a été est ou sera confronté au crabe. C'est juste que du coup je me suis réveillée et que j'ai pris conscience vraiment de l'âge de mon père...et du besoin que j'avais de lui, même à mon âge.Moments douloureux où on se retrouve avoir trois ans et plus de capacité à réfléchir et à se distancier avant de se reprendre en se disant que vous n'avez pas le droit de vous défaire car votre mère a besoin de vous et de vous debout avec elle. Donc ça devient le mode survie le mode j'y pense pas parce que je ne peux pas m'accorder d'y penser et je fonce sans regarder autour avec un seul objectif; lui et ma mère. Heureusement la famille se rapproche dans ces moments là et ça fait un bien fou, ça fait oublier le pire. Extérieurement ça va mais les cauchemars la nuit me rappellent à l'ordre. Insidieusement j'ai l'impression de commencer mon travail de deuil et que le fait d'enterrer mon père dans mes nuits agitées me permettra de vivre le moment réel moins difficilement. Soulagement il y a deux semaines après chimio, rayons mise sous oxygène et grosse fatigue de voir le bout de tunnel, pour un temps au moins.

Perdue parce que par moment je ne me reconnais plus: j'ai toujours été tolérante et plutôt conciliatrice et là je me rends compte que je suis devenue de plus en plus intransigeante. Je m'explique: je ne supporte plus les petites mesquineries, les petites méchancetés et bassesses du quotidien. Et déjà que je ne supportais pas l'hypocrisie, maintenant c'est pire et j'ai l'impression d'être perpétuellement en colère. Du coup maintenant j'ai fait un tri entre ceux qui valent la peine et ceux qui ne méritent pas mon attention même quand ils sont faux culs mesquins et laids au sens moral du terme.

Perdue par la campagne électorale qui est un modèle de caniveau et de mauvaise foi et de mensonges encore plus abracadabrantesques que d'habitude. Ceux qui me connaissent savent pour qui je vais voter mais ça sera en me disant que, de façon réaliste, j'ai une chance sur deux de m'être fait balader...

Alors je suis perdue paumée parfois mais j'avance parce que j'ai la chance d'avoir des gens merveilleux autour mais je me sens fragile. Fragile comme hier où la découverte du titre du troisième roman d'une copinaute publiée m'a comme tendu un miroir: "Tu as promis que tu vivrais pour moi."

Cette promesse je l'ai faite il y a 26 ans à mon amour d'alors qui me quittait car il venait d'apprendre qu'il allait mourir et ne voulait pas m'entraîner dans sa déchéance physique. Alors ça m'a mis devant la question subsidiaire: cette vie que j'avais promis de vivre à ta place, j'en ai fait quoi? Sacré coup de pied aux fesses pour parler poliment... 

Alors perdue oui mais à la fois plus fragile et plus forte

Commenter cet article