Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
CRAZYPROF

Toutes Griffes dedans Laurent Fialaix

4 Octobre 2017, 19:14pm

Publié par crazyprof

Toutes Griffes dedans Laurent Fialaix

Ou voyage en absurdie

Le pitch :  Il s'appelle Laurent. Il est journaliste indépendant dans une petite ville perdue. Laurent se sent seul. Il travaille peu. Alors, pour combler sa solitude, il se plonge dans les livres. C'est qu'il aime les auteurs, Laurent. Passionnément. Il leur écrit souvent. Pour leur dire son admiration, tenter un dialogue. Rarement ils répondent. Il s'est fait une raison... 
Jusqu'au jour où il découvre le livre de Ronan Fardeze. Un récit fait d'amour et de mort qui le bouleverse, et dans lequel il trouve un peu de sa vie, ses combats, beaucoup de ses douleurs passées. Dans les mots du romancier, Laurent se voit en transparence. Cette fois, il en est sûr : l'écrivain et lui pourront s'aider, se comprendre, devenir proches. Ils ont rendez-vous, comment en douter ? Reste à le faire savoir à celui qu'il attend... Téléphone, SMS, réseaux sociaux... Laurent est prêt à tout pour attirer Fardeze jusqu'à lui. Y compris à s'arranger avec ses vérités...

"Toutes Griffes Dedans" est le roman noir d'une folie qui rampe et qui explose. Celle d'un obsessionnel chez qui la schizophrénie trouve son écrin. Ce roman (librement adapté d'une histoire vraie) retrace le parcours d'un homme désespéré, brisé par ses différences et par une enfance faite de rejets et de drames. Un homme dont on ne saura jamais si on doit le plaindre ou bien le détester...

My thoughts :

L’auteur explore de manière magistrale dans ce court roman la quasi-folie, l’obsession et la relation entre l’auteur et son lecteur. A la suite d’une expérience personnelle de harcèlement, peut-être pour mieux s’en laver et la mettre derrière lui, l’auteur se met dans la tête de son harceleur. Au départ tout semble normal, tous les accros à la lecture ont, un jour où l’autre, eu envie de rencontrer, de communiquer avec un auteur qui leur plaît. Son style est percutant, fait de phrases simples mais qui claquent parfois comme des fouets.

Et peu à peu, le lecteur se rend compte que les choses dérapent, les incohérences de comportement du narrateur deviennent de plus en plus criantes et l’obsession envahit les pages jusqu’aux actes de harcèlement et aux comportements plus que « borderline ». La fin de ce roman reste glaçante car nous sentons bien que tout reste ouvert et que l’auteur a l’intelligence de nous laisser imaginer la suite.

Ce roman est aussi très ancré dans un thème très contemporain qui est celui de la bonne ou mauvaise utilisation des réseaux sociaux et ce récit nous permet de nous apercevoir que les jeunes ne sont pas les seuls concernés et que nous devons tous réfléchir à notre empreinte numérique.

J’ai beaucoup aimé ce roman presque trop court pour sa contemporanéité, parce qu’il traite d’un sujet peu évident : celui de la folie et de l’enfermement dans une réalité parallèle. L’auteur joue beaucoup avec les mots et je ne peux m’empêcher de me dire que le nom « Fardeze » du romancier m’a paru rimé avec fadaise, comme si Laurent Fialaix nous signalait bien qu’il ne faut jamais prendre une fiction au sérieux.  J’ai apprécié son écriture toute en émotion et sa façon de jouer avec les limites et les mises en abîmes. En effet pas une seconde je n’ai cru au hasard lorsque le  prénom du narrateur s’est révélé être semblable à celui de l’auteur. Qui est vraiment qui, qui est vraiment obsessionnel ? À chaque lecteur de ce livre de trouver sa propre réponse.

Bravo et merci à l’auteur pour se deuxième roman après Nos Bonheurs Fragiles et merci de ce cadeau.

Pour être honnête, je dois avouer que je connais l’auteur depuis que nous avons conjointement trainé nos fonds de culotte dans le même lycée il y a déjà longtemps. Cela ne m’empêche pas d’avoir été objective car si je n’avais pas aimé je n’en aurais pas parlé ici, je lui aurais tout simplement dit en privé ce que j’en pensais…

Commenter cet article