Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
CRAZYPROF

Début...

7 Septembre 2009, 05:00am

Publié par crazyprof

Cela fait plusieurs nuit que je viens la regarder dormir. Elle dort peu et encore un peu mal mais je n’ai plus à  venir la calmer toutes les nuits… pendant plus d’un an j’ai enragé de ne pouvoir faire plus pour elle.  J’ai beau être désincarné je ne pouvais pas faire plus malgré mon envie.

                Elle est la seule femme de ma vie, moi qui aimais les hommes. Des années après je ne m’explique encore pas notre histoire et que je veille sur elle depuis ma mort bien que, vivant,  je n’ai pas su la protéger de moi. Elle a payé lourdement la facture de mon passé. Je l’ai suivie de loin pendant les années où tout allait bien pour elle. Elle semblait avec le temps s’être remise de la tornade que j’avais été dans sa vie. Elle s’était mariée, avait un travail qui lui plaisait. J’évitais les visites parce que la voir dans les bras d’un autre m’était insupportable.

Le soir où tout s’est écroulé à nouveau, le silence était tel qu’elle se souviendrait surtout ensuite de ce silence et d’avoir bénéficié de quelques secondes de répit, d’une sorte d’anesthésie locale. Quelle réaction avoir, que dire quand votre peur la plus profonde, celle qui vous touche au plus profond prend corps. Que pouvez-vous avoir envie d’entendre quand quelques mots viennent de vous anéantir. Les cris, les pleurs viendront ensuite mais pendants quelques instants le temps semble immatériel. Puis l’orgueil prend le dessus, ne pas pleurer, ne pas craquer, ne pas offrir à l’autre ces petites victoires puisqu’il ne vous aime plus, qu’il ne veut plus de vous.

Et puis elle est monté se réfugier seule dans leur  lit. Et enfin elle a  pleuré jusqu’au bout des larmes et elle a étouffé ses cris dans son oreiller. Elle s’est étonnée le lendemain matin d’avoir dormi parce que la fatigue avait fini par prendre le dessus. Il lui fallut aller au travail et mettre un masque sur sa douleur, un bâillon sur ses angoisses. Faire comme si et ne pas comprendre que le monde continue de tourner alors que tout s’est écroulé. Et avoir un malaise parce que son corps exprimait ce qu’elle ne s’était pas autorisée à mettre en mots. Et elle s’est écroulée enfin sur son volant le soir avant de repartir, avec une sourde attirance pour l’accélérateur et les murs  pendant tout le trajet.

Le problème c’est qu’elle n’avait surtout plus de vie et son cœur en moins. Elle ne savait plus comment faire, elle était comme distanciée de tout. On aurait dit qu’un voile étouffait tout et c’était une bénédiction car cela lui permettait de faire semblant et de continuer un minimum.  La vie semblait avoir appuyée sur le bouton pause.

Je me souviens du jour où  je l’ai rencontrée…

 

 

Commenter cet article

dasola 09/09/2009 18:42

Bonjour, de cette liste, j'en ai lu à peine 20 (mais j'assume). Je recommande Les Thibault et Bel Ami (tout Maupassant est à lire). Bonne soirée.

crazyprof 09/09/2009 20:03


Je suis bien d'accord pour Maupassant, j'y rajouterai Zola aussi... Merci


Chris spe 07/09/2009 14:28

voilà un sacré début... donne envie de lire une suite hein.

crazyprof 07/09/2009 17:56


J'espère... je testais un peu pour voir les réactions à quelquechose de plus écrit et à la fois de plus fiction mais perso aussi. La suite bientôt, c'est promis. V.