Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
CRAZYPROF

The Red Queen Philippa Gregory

30 Septembre 2010, 18:58pm

Publié par crazyprof

The-Red-Queen-Philippa-GregoryRésumé : La dernière héritière de la maison de Lancastre, famille royale Britannique, Margaret Beaufort est une jeune femme très importante en pleine guerre des deux roses. Mais en tant que femme, elle n’a aucun pouvoir. Elle est convaincue d’être appelée par Dieu à être la Jeanne d’Arc anglaise ou à tout le moins une fidèle nonne qui mènerait une vie de prière. Mais avec un roi sans enfant et qui retombe en enfance, elle doit produire l’héritier du trône. Elle est donc mariée à douze ans au demi-frère du roi, Edmund Tudor qui la viole légalement puisqu’il est son mari mais qui meurt rapidement au cours d’une bataille, non sans lui avoir fait un fils… Après un accouchement de cauchemar, elle n’aura plus qu’une mission dans la vie : mettre son fils sur le trône d’Angleterre. Après un premier remariage, un second veuvage et un remariage au traitre notoire  Stanley, maints complots et beaucoup de traitrise, elle finit par réussir et son fils, Henry Tudor, devient le roi Henry VII après avoir épousé sa cousine de la maison d’York, Elizabeth.

Mon avis : J’adore les romans historiques et Philippa  Gregory est vraiment une maitresse du genre. Elle mêle habillement l’histoire et la fiction, nous passionne pour cette période assez peu connue et réussit un tour de force : faire de son personnage principale qui est une monomaniaque,  froide, remplie de duplicité et d’égoïsme une personne presque  sympathique. Après sa série qui se déroulait au temps d’Henry VIII, cette nouvelle série est encore meilleure que la précédente ! Son style est parfois répétitif mais il correspond bien au caractère de son personnage et cette époque se révèle passionnante. La condition des femmes à l’époque nous permet de mesurer le chemin parcouru. Au début, Margaret est considérée comme un pion, un ventre juste bon à être fécondée pour produire un héritier mâle pour sa maison, peu importe qu’elle soit très jeune, qu’elle n’aime aucun de ses trois maris et qu’elle n’aspire qu’a parler à Dieu… elle doit enfanter. Un des moments qui m’a le plus touché est celui de son accouchement ou elle entend que sa mère à elle-même donner l’ordre aux sages-femmes de sauver le bébé même si sa fille doit en mourir.  Lorsque, quelques années plus tard, Margaret demandera des comptes, sa mère lui dira qu’elle ne faisait que suivre les préceptes de l’église et l’intérêt de sa maison.  Ce livre se dévore, il rappelle des sagas comme les Rois Maudits de Maurice Druon sauf que l’environnement est anglais. Malheureusement, il n’est pas encore traduit en français.  

LireEnVo.jpg

 

Commenter cet article