Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
CRAZYPROF

The White Queen Philippa Gregory

5 Octobre 2010, 05:44am

Publié par crazyprof

the-white-queen.jpg

Résumé:

Philippa Gregory, «la reine de la fiction royale" présente le premier d'une nouvelle série niché dans les querelles meurtrières de l'Angleterre connu sous le nom de la guerre des deux roses.

Frères et cousins se déchirent pour  gagner le prix ultime, le trône d'Angleterre, dans ce récit éblouissant de la guerre des Plantagenets. Ils sont les nobles et les rois qui ont régné en Angleterre avant les Tudors, et maintenant Philippa Gregory leur donne la vie à travers les histoires dramatiques et intimes des joueurs secrets: les femmes indomptables, à commencer par Elizabeth Woodville, la Reine Blanche.

The White Queen raconte l'histoire d'une femme d'une beauté extraordinaire et ambitieuse qui accroche le regard du garçon nouvellement couronné roi, se marie avec lui en secret, et devient reine. Si Elizabeth  Woodville se bat pour la réussite de sa famille, ses deux fils sont vite devenus des figures centrales dans un mystère qui a confondu les historiens des siècles: les princes disparus dans la Tour de Londres ...

 

 Mon avis :

Ce premier livre de la série dont j’ai déjà commenté le deuxième : the red Queen est passionnant ... La plupart de l'histoire est brutale et sanglante, mais Gregory est extrêmement habile avec  l'imagination historique et  tire le meilleur parti des anciens mystères ... Elizabeth est têtue, mais pas tout à fait inconsciente. Elle se rend compte de ce que son mari et ses frères ont fait dans leur ascension vers le pouvoir: ils ont enfreint la loi. . Je veux dire ils ont cassé le concept de droit, à un point tel qu'il ne fonctionnait plus. Edward IV a ignoré la loi du sanctuaire et assassiné des innocents. Maintenant, sa femme et ses filles peuvent être humiliées, ses fils kidnappés et assassinés petits car ils se situent entre le trône et quelqu'un qui le veut. C’est une bonne fiction historique qui fournit toujours au moins un commentaire accessoire sur le présent (si ce n'est carrément des mises en garde). Dans ce cas, l'avertissement est clair: tourner le dos à la morale dans un souci de gain politique et cela reviendra vous hantez. J'ai préféré celui-ci à The Red Queen, tout simplement parce que j'ai plus de sympathie pour Elizabeth Woodville que pour Margaret Beaufort. Je ne sais pas s'il y aura une suite, mais j'aimerais beaucoup qu'elle nous raconte l'histoire d'Elizabeth d'York, fille de la reine blanche et belle-fille de la reine rouge, femme d'Henry VII Tudor et mère d'Henry VIII... mais c'est peut-être un voeux pieux.

LireEnVo.jpg


 

Commenter cet article